Abbaye du Val Dieu

lundi 3 novembre 2014
par  J-C.Hamers

L’abbaye Notre-​​Dame du Val-​​Dieu à Aubel, havre de paix au coeur du Pays de Herve, dans le diocèse de Liège, à l’est de la Bel­gique, est une abbaye de l’Ordre de Cîteaux (les cis­ter­ciens). Riche d’une longue his­toire, elle connaît aujourd’hui un renouveau assuré par la Com­mu­nauté Chré­tienne du Val-​​Dieu.

JPEG - 268.3 ko
L’abbaye N-​​D du Val-​​Dieu a été fondée en 1216 sur les terres fer­tiles dont firent donation Lothaire 1er, comte de Hochstade et de Dalhem, et Henri III duc de Lim­bourg, à la com­mu­nauté cis­ter­cienne venue de Hocht, près de Maas­tricht où les moines ne trou­vaient pas l’environnement propice à l’épanouissement de leur ordre. Ils vinrent donc s’établir dans la "vallée du diable" qu’ils rebap­ti­sèrent "vallée de Dieu" d’où le nom actuel de "Val Dieu".

Les moines cis­ter­ciens s’implantaient dans des lieux « déserts ». Le but était de se retirer du monde et de choisir des lieux peu hos­pi­ta­liers souvent dans des vallées où le seul moyen de sub­sis­tance était de tra­vailler à défricher la terre. Il faut rap­peler que le projet cis­tercien initié par saint Robert de Molesme se voulait un retour à l’idéal de la règle de saint Benoît. La vallée de la Ber­winne cor­res­pondait à ce modèle. Située à cheval sur le comté de Dalhem et le duché de Lim­bourg, la fon­dation du Val-​​Dieu sera le départ du défri­chement qui donnera dans la suite la phy­sio­nomie si carac­té­ris­tique du Pays de Herve.

Le rayon­nement de l’abbaye était avant tout régional. Lieu de for­mation spi­ri­tuelle et intel­lec­tuelle mais aussi centre éco­no­mique pour le plateau, le monastère cis­tercien n’échappera à aucun conflit : luttes entre sei­gneurs féodaux, guerres de suc­ces­sions et de religion pour enfin connaître la dis­persion lors de la révo­lution fran­çaise. Les bâti­ments subiront chaque fois le contre coup de ces aléas de l’histoire.
- Un incendie détruit l’église en 1286 (recons­truite en 1331) ;
- Des pro­tes­tants mettent le feu à l’église et au monastère en 1574, la recons­truction s’achève en 1625.
- Sup­pression des Ordres en 1796. L’abbaye est mise en vente en 1798. L’abbé directeur se rend pro­prié­taire de l’église, du couvent, du jardin et de la ferme. A son décès, tout devient pro­priété de sa famille. A partir de 1844, seul le château appar­tient aux laïcs, le reste est occupé par les moines qui revivent en com­mu­nauté. Cette coha­bi­tation durera jusqu’en 1975.
- L’église abba­tiale a été érigée en basi­lique par le Pape Pie XII en 1946.

L’église sera quatre fois détruite ou incendiée, chaque fois recons­truite pour prendre la confi­gu­ration actuelle qui reste, pour l’essentiel, comme d’ailleurs les locaux conven­tuels, conforme au plan cis­tercien initial. La volonté était d’inscrire dans l’espace et l’architecture la cité idéale où se concré­tisait la syn­thèse entre la quête de Dieu et l’épanouissement de l’homme. Après la tour­mente révo­lu­tion­naire, la res­tau­ration de l’abbaye et le retour de moines au milieu du XIXèmes per­mirent au Val-​​Dieu de demeurer aujourd’hui le seul site cis­tercien pri­mitif encore en vie en Bel­gique dans ses bâti­ments historiques.
JPEG - 281.3 ko
JPEG - 106.7 ko JPEG - 101.3 ko
JPEG - 430.8 ko
JPEG - 404.8 ko
JPEG - 394.1 ko
JPEG - 140 ko Ci dessus, la partie du couvent dite "le château" qui avait pour mission d’accueillir les grands de ce monde…

.

A gauche, détail du mur d’entrée de la résidence du Père Abbé.

.

Ci-​​dessous, le fond de la salle à manger avec la statue en bois de la Vierge à l’enfant.

.

Plus bas, à gauche, copie d’une statue de st Bernard dont l’originale, sans doute le plus important trésor de l’abbaye, est enfermée en sécurité…

Au centre, le choeur de l’église et ses vitraux.

A droite, un siège de lecture adapté, par son méca­nisme, à toutes les sta­tures des moines…
JPEG - 296.1 ko
JPEG - 104 ko JPEG - 129.6 ko JPEG - 62.9 ko


Commentaires