Fontaine de Vaucluse

samedi 20 mai 2017
par  J-C Hamers


Fontaine-de-Vaucluse est une commune française située dans le département de Vaucluse, en région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Ses habitants sont appelés les Vauclusiens.

Le village est dominé par une gigantesque falaise de 230 à 240 mètres où la fontaine a creusé sa résurgence. C’est un siphon de 308 mètres de profondeur, dont 223 sous le niveau de la mer. Cette énorme source a donné son nom à toutes les « fontaines vauclusiennes » du monde.

Les premières explorations du gouffre ont débuté en 1878, et le point le plus bas, soit - 308 m à partir de la surface de la grotte, n’a été atteint qu’en 1985 par un robot de la Société spéléologique de Fontaine de Vaucluse.

La Fontaine de Vaucluse, la plus grosse source de France, est ici appelée « la Fontaine ». Celle-ci donne naissance à la Sorgue qui se divise en plusieurs bras dans la plaine comtadine et s’écoule en direction de Saumane-de-Vaucluse puis l’Isle-sur-la-Sorgue pour devenir ensuite un affluent de l’Ouvèze à Bédarrides et Sorgues et du Rhône à Avignon.

Elle est classée cinquième au rang mondial avec un débit d’eau annuel de 630 millions de mètres cubes (20,0 m3/s). Le débit en fin d’été 2009 est descendu à 6 m3/s (79 cm), la sortie des eaux devient spectaculaire en période de crue (hiver et printemps avec un débit qui peut atteindre les 90 m3/s et dans ses plus forts débits, 170 m3/s).

La résurgence de Fontaine de Vaucluse est en fait la sortie naturelle la plus importante d’un « réservoir » (galeries et cavités du massif des monts de Vaucluse et du massif des Baronnies et draine du Mont Ventoux à la Montagne de Lure les eaux de pluie ainsi que la fonte des neiges) sur une surface totale de 1100 km2.

C’est ici que saint Véran, évêque de Cavaillon, selon la légende, aurait réalisé son plus célèbre miracle en débarrassant la Sorgue d’un horrible drac ou dragon que l’on nomme encore Coulobre.

Ce Coulobre, dont on a voulu faire descendre le nom du latin coluber (couleuvre), était une créature ailée qui vivait dans l’exsurgence de la Sorgue. Elle passait pour s’unir avec des dragons qui l’abandonnaient ensuite, la forçant à élever seule les petites salamandres noires dont elle accouchait. Elle cherchait désespérément un nouvel époux et un père pour ses enfants mais sa laideur repoussait tous les prétendants

L’église Notre-Dame-et-Saint-Véran

Cette église a été construite par les moines victoriens sur l’emplacement d’un antique sanctuaire dédié à un dieu païen des eaux. Elle comprend une nef à trois travées barlongues donnant sur un transept qui s’ouvrait sur trois absides. Une imposante colonne romaine qui décore la partie sud du chœur et une chapiteau réutilisé sur la colonne opposée restent les témoins du temple antique. Une porte, située sur le côté ouest, mettait l’église en relation avec le cloître attesté au XIIIe siècle.

Dans son état actuel, elle peut être datée du XIIe siècle, mais est, en réalité, la restauration d’un édifice du XIe. Cette datation est confirmée par la dédicace qui est gravée sur le montant septentrional droit de l’arc d’ouverture de l’abside : XIIIe (?). KAL. NOVEMBRIS / DEDICACIO. SCE / MARIÆ

Le Musée du Papier

Implanté sur un site d’exception, Vallis Clausa est la reconstitution d’un moulin produisant du papier de haute qualité, selon les techniques traditionnelles datant du XVème siècle. Mais c’est aussi un centre faisant travailler une vingtaine d’artisans : travail du cuir ; peinture sur verre, sur soie, sur porcelaine ; travail du verre ; peintures ; sculptures ; jouets en bois ; produits régionaux… On peut aussi y voir d’anciennes machines typographiques, lithographiques, des presses, cisailles et massicots.


Commentaires