Les fontaines de Verviers

dimanche 28 février 2016
par  J-C.Hamers

Dès le dix-​​neuvième siècle, Ver­viers a eu un grand besoin d’eau et spé­cia­lement pour son industrie lainière.
Sa longue his­toire d’eau lui a valu de devenir la capitale wal­lonne de l’eau.
Ses nom­breuses fon­taines dis­sé­minées dans toute la ville en sont un témoignage.

JPEG - 274.8 ko

Le Perron qui trône devant l’Hôtel de Ville est une fon­taine qui, à l’occasion de grandes fêtes locales, dis­tri­buait de la bière, car plu­sieurs bras­series étaient ins­tallées à Verviers.

La fontaine Ortmans-​​Hauzeur

JPEG - 402.4 ko
La fon­taine ORTMANS-​​HAUZEUR DE VER­VIERS, érigée à la mémoire du bourg­mestre du même nom qui présida à la mise en exé­cution de la dis­tri­bution d’eau qui sauva l’industrie ver­vié­toise de la ruine grâce à la cap­tation du ruisseau de la Gileppe par le barrage non moins célèbre, fut construite en 1892.

Oeuvre du sculpteur Clément Vivroux, elle occupe com­plè­tement la face latérale d’un immeuble situé à l’angle des rues des Raines et des Alliés ce qui en fait l’une des plus grandes si pas la plus grande des fon­taines de Belgique.

Au bas du monument, on trouve un escalier d’eau dont les côtés sont ornés de socles en arcs ren­versés sur les­quels sont posés des vases décorés d’une guir­lande de laurier. Au sommet de cet escalier qui se termine par un amas rocheux, un socle décoré de volutes sor­tantes sur lequel est placé le buste du bourg­mestre, est en partie enfoncé dans une niche entourée de quatre colonnes.

Les colonnes sup­portent un fronton cintré à res­sauts latéraux et à base inter­rompue qui abrite une allé­gorie reposant auprès d’un lion. Au sommet du monument on a placé une balus­trade à colonnette.

De chaque côté exté­rieur des colonnes, un bas-​​relief repré­sentant des enfants, une plaque com­mé­mo­rative et un vase couché sur des roseaux ter­minent ce monument grandiose.

La fontaine Pierre David

JPEG - 274.2 ko

Officier muni­cipal et maire de 1800 à 1830, Pierre DAVID à qui est dédiée la fon­taine de la place verte à VER­VIERS est décédé en juin 1839.

Cette fon­taine monu­mentale est l’œuvre de Clément Vivroux. Son socle qua­dran­gu­laire à pans coupés en granit rouge repose dans une grande vasque cir­cu­laire en pierre de taille. Il est décoré de quatre vasques en coquille posées sur des volutes ver­ti­cales. On y a superposé un second socle cintré sup­portant, sur son corps, des plaques com­mé­mo­ra­tives, des dau­phins et des mas­carons à visage humain placés dans des niches. Ces der­niers laissent sourdre l’eau dans les vasques. Au dessus de ce deuxième socle, s’élève une colonne can­nelée ter­minée par un cha­piteau à volutes qui sup­porte un lion debout portant les armoiries de la ville de Ver­viers. Le buste de Pierre David et trois dra­peaux sur hampes rap­pelle que cette fon­taine lui est dédiée.


Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique